3 mai 2010

Dragons sur la ville


S'il est une chose dont on a horreur ici dans la région (comme ailleurs), ce sont les jours pluvieux, qui hésitent entre le gris foncé et le gris clair, mouillés pas mouillés, on ne sait pas.

Alors quand on a des enfants, un dimanche après-midi peut vite tourner au cauchemar. Surtout quand on se dit qu'en mauvais parent, on n'a pas encore emmené les bambins visionner la dernière petite merveille de Dreamworks (vous savez ? Schrek, Madagascar, qui vous ont fait dix fois plus tordre de rire et d'émotion que vos têtes blondes). Et puis surtout vous mourez d'envie d'y aller pour votre propre plaisir. Et comme vous n'êtes pas de ceux qui chargent sauvagement et illégalement des films sur internet, vous n'hésitez plus : aujourd'hui c'est le grand jour.


Tout d'abord, une préparation psychologique s'impose :
- Les loulous ! ça vous dit de voir Dragons ?

Et là attendez-vous au "Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii" strident qui s'ensuit, ou à sa variante : "Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisssssssssssssssssssssssssssssss" ! Avec force éclats et sauts périlleux du sol au plafond de votre énigmatique progéniture.

Il va sans dire que vous avertissez (mais trop tard) votre cercle d'amis et de connaissances, qui a déjà pris mille dispositions ailleurs. Qu'importe. pour une fois cette sortie sera entre vous et vos enfants.

Et leur copain.
- Oui bien sûr mon chéri ! Simon peut venir !


Alors là, maintenant, il faut avaler votre salive. Car enfin vous avez fort tardé à vous décider à le voir ce satané film ! Donc il ne reste qu'une salle sur Avignon qui le propose. Mais en 3D. Le Capitole. Nouveau temple de l'industrie avec un grand "i" du Cinéma.

Le Capitole.
9 écrans (ha bon que ça ?) mais des salles sur-dimensionnées, 2000 fauteuils. Dixit le site : http://www.capitolestudios.fr/

Et surtout : la 3D. Ah ! ça en jette la 3D. Surtout de l'argent par leur fenêtre à eux. Ben oui : 11€50 + 3 enfants à 9€50, sans compter les pops-corns et autres petites plaisanteries, ça revient cher le dimanche pluvieux !

Menfin, on ne va pas faire sa mauvaise tête, on a vraiment envie de le voir ce film.


Une pause pipi plus loin, confortablement installé dans les fauteuils, on regarde négligemment la pub qui se faufile à l'intérieur de notre cerveau, y creusant des trous toujours plus grand au-delà des frontières de notre inconscient. Bien sûr, lunettes de ouf sur le nez, on essaie bien d'attraper deux trois bonbons Haribo au passage, qui viennent nous narguer juste sous notre nez. On rit du petit dernier qui émerveillé tend la main en ouvrant une bouche ébahie !

Enfin s'annonce le début de notre bonheur attendu et grassement payé.


Et là... et bien là, on se scotche au fauteuil durant 1h33 d'un plaisir pur, entremêlé de peur (c'est nous qui nous réfugions dans les bras du petit dernier) et finissant sur quelques larmes un peu honteuses (mais enfin j'ai bien une amie qui pleure en regardant Beethoven - l'histoire du gros Saint-Bernard).


Alors, si vous ne l'avez pas encore vu ce film, filez-y dare-dare, ventre à terre et porte-monnaie bien rempli, sans craindre que la 3D ne vous fasse encore un coup foireux à la Avatar, car elle est bien exploitée dans ce film.

Et le titre c'est : Dragons
Bien sûr.



NB : Les puristes me reprocheront de ne pas faire une critique élaborée et comparative du film, mais vraiment c'est mon seul plaisir pur que j'ai goûté.


Donc oui de nombreux clichés moralistes, rien de neuf depuis E.T.


A noter cependant une nouveauté inventive : pas de pet ni de rot intempestif pour une fois. Non les vikings ne pétaient pas.

0 commentaires: